Copernicus est le nom du « programme européen de surveillance de la Terre »

February 12, 2018

 

Ce programme était auparavant nommé Global Monitoring for Environment and Security ou GMES dans les versions anglaises (on conserve parfois dans la version française le sigle GMES, utilisé par tous les acteurs européens).

 

Il s'agit d'une initiative conjointe de l'Agence spatiale européenne (ESA) et, au travers de l'Agence européenne pour l'environnement (AEE), de l'Union européenne, qui vise à doter l'Europe d'une capacité opérationnelle et autonome d'observation de la Terre en tant que « services d’intérêt général européen, à accès libre, plein et entier ».

 

La France s'y associe notamment via le « plan d’applications satellitaires » du ministère du développement durable, décidé en 2011.

 

Ce programme vise à rationaliser l'utilisation de données relatives à l'environnement et à la sécurité issues de sources multiples, afin de disposer d'informations et de services fiables chaque fois que cela est nécessaire. En d'autres termes, Copernicus permet de rassembler l'ensemble des données obtenues à partir de satellites environnementaux et d'instruments de mesure sur site, afin de produire une vue globale et complète de l'état de notre planète.

 

Les décideurs politiques font partie des principaux utilisateurs du programme Copernicus, qui leur permet de préparer les législations nationales, européennes et internationales relatives à l'environnement (y compris celles sur le changement climatique et le droit international de la mer) et de vérifier la bonne application de ces législations.

 

Copernicus s'appuie sur quatre « piliers » :

- une composante spatiale (constituée de satellites d'observation du sol, des océans et de l'atmosphère),

- une composante in-situ (constituée d'instruments de mesure au sol ou aériens mesurant des paramètres relatifs à l'état des océans, du sol et de l'atmosphère),

- une composante normalisation et harmonisation des données,

- une composante de services à l'utilisateur.

 

L'information offerte par le programme Copernicus sera regroupés autour de six thèmes : le sol, les océans, le traitement de l'urgence, l'atmosphère, la sécurité et le changement climatique. Ces services, sont pleinement opérationnels depuis 2014. Le développement des services est assuré par une série de projets lancés par la Commission européenne et en partie financés par le 7e programme cadre (FP7). Ces projets sont geoland2 (terres), MyOcean (mers), SAFER (traitement de l'urgence), MACC et son successeur MACC II (atmosphère) et G-MOSAIC (sécurité), la plupart contribuant également à la surveillance du changement climatique.

 

geoland2 a démarré le 1er septembre 2008. Le projet couvre un large éventail de domaines parmi lesquels l'utilisation du sol, la qualité et la disponibilité de l'eau, l'aménagement du territoire, la gestion des forêts, le stockage du carbone.

 

MyOcean a démarré le 1er janvier 2009. Le projet couvre des thèmes tels que la sécurité maritime, la prévention des marées noires, la gestion des ressources marines, le changement climatique, la surveillance des banquises, la pollution de l'eau.

 

SAFER a démarré le 1er janvier 2009. Le projet aborde les sujets liés à la protection civile, à l'aide humanitaire et à la gestion des crises menaçant la sécurité des biens et des personnes.

 

MACC a démarré le 1er juin 2009. Il a poursuivi les activités lancées dans les projets GMES13 et PROMOTE14. Une seconde phase de financement du service développé par MACC est maintenant acquise jusqu'en juillet 2014 avec le projet MACC II.

 

G-MOSAIC a démarré le 1er janvier 2009. Avec le projet LIMES (en partie financé par la Commission européenne au titre du 6e programme cadre), G-MOSAIC traite de la surveillance maritime, de la surveillance des infrastructures critiques et du soutien aux opérations de maintien de la paix.

 

Prev'Air16, service gratuit couvrant tout le continent européen avec une précision inégalée, permettant à tout citoyen d'être informé de la qualité de l’air qu’il va respirer durant les trois prochains jours.

 

Le programme représente un effort collectif dans lequel l'Agence Spatiale Européenne (ESA), ainsi que les Agences Spatiales nationales, comme le CNES en France, jouent un rôle central.

 

Le CNES met à la disposition de Copernicus plusieurs satellites comme Spot, Jason et Pleiades.  

 

L'ESA met à disposition les satellites Sentinels, spécifiquement développés dans le cadre de ce programme, dont la première mission Sentinel-1A a été lancée le 3 avril 2014, le second Sentinel 2A le 23 juin 2015,  Sentinel 3A lancé le 16 février 2016 et Sentinel-5 Precursor – ou Sentinel-5P – lancé le 13 October 2017. Sentinel-4 , Sentinel-5 et Sentinel-6 vont suivre.

 

Le programme Copernicus est le volet européen du GEOSS (Global Earth Observation System of Systems), un programme mondial d'observation de la Terre initié par l’UE, les États-Unis, le Japon et l'Afrique du Sud. 

 

La définition et la mise en place d'une gestion et d'une structure de financement européennes sont des éléments clés de la réussite du programme.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload