Face aux infoxs, où sont les défenseurs de l'Europe?