La France et l’Allemagne vont adopter une clause de défense mutuelle

 Si, ce 14 janvier, à Mérignac, elle n’a pas parlé du futur char de combat franco-allemand [parce que ce n’était pas le sujet, ndlr], la ministre des Armées, Florence Parly, a revanche longuement abordé le programme de Système aérien de combat futur [SCAF], mené conjointement avec l’Allemagne.

 

« Il y a peu encore, lorsque j’ai annoncé notre volonté de développer ce nouveau système, de le faire avec l’Allemagne, certains se gaussaient et ne donnaient pas cher de ce projet. Les sceptiques goguenards en sont pour leurs frais : le SCAF est lancé, il est organisé et il montre bientôt ses premiers résultats concrets », a ainsi affirmé M. Parly.

 

« Dassault et Airbus se sont mis d’accord. Ils ont réussi une structuration industrielle cohérente et profitable à tous. Je n’ignore rien des questions qui se posaient. Mais Dassault avec Airbus ont su saisir la chance que constituait le SCAF », en ensuite souligné la ministre, qui a rendu hommage au « travail remarquable » de la Direction générale de l’armement [DGA]. « Il a fallu de l’imagination, de l’intelligence, de la persévérance pour mettre au point le premier contrat d’étude et d’architecture du SCAF », a-t-elle dit, avant d’annoncer que ce dernier sera finalisé « dès ce mois de janvier ». Est-ce à dire qu’il le sera lors du prochain sommet franco-allemand, le 22 janvier à Aix-la-Chapelle?

 

En effet, à cette occasion, un nouveau traité de coopération entre la France et l’Allemagne sera signé par le président Emmanuel Macron et la chancelière Angela Merkel. « C’est un moment important pour resserrer les rangs, pour montrer que le couple franco-allemand est un socle qui continue à exister, qui peut progresser et se relancer », a expliqué l’Élysée, selon l’AFP.

 

Ce traité vise à compléter celui de l’Élysée qui, signé en 1963 par le général de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer, concrétisa la réconciliation franco-allemande. À Aix-la-Chapelle, il sera question d’aller plus loin étant donné qu’il mettra en avant la « convergence franco-allemande […] au service du projet européen ». Et les questions de défense y occuperont une bonne place.

 

« On n’est jamais allé aussi loin et de manière aussi explicite dans le rapprochement en matière de défense », a en effet indiqué l’Élysée. Ainsi, la France et l’Allemagne adopteront une « une clause de défense mutuelle qui reconnaît qu’une agression, une menace portée sur l’un des deux pays sera vue comme une agression, une menace par l’autre pays qui mettra tout en oeuvre pour aider son partenaire », explique-t-on, de même source.

 

Côté allemand, on confirme ces orientations. « Une coopération militaire renforcée a également été convenue. Celle-ci inclut l’élaboration d’approches stratégiques communes, telles que la conception de l’Union européenne de défense, un partenariat étroit avec l’Afrique, des opérations de paix et de police et une coordination encore plus étroite au sein des Nations Unies et d’autres organisations multilatérales. La France soutient la demande allemande d’un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies », avance Berlin.

 

De par leur appartenance à l’Otan [article 5] et à l’Union européenne [articlee 42-7 du Traité de Lisbonne], les deux pays sont déjà liés par une telle clause. Mais il s’agira d’aller encore plus loin puisque cette solidarité, avance-t-on côté français, se traduira concrètement par le « déploiement de moyens de sécurité civile, de renseignement, voire militaires » communs en cas d’attaque armée.  » En outre, et alors que leurs politiques respectives en matière d’exportations peinent à s’accorder, le « principe de coopération sera également posé sur les grands programmes industriels et d’équipement. »

 

S’agissant de la « sécurité civile », l’armée de Terre avait mobilisé, en 2013, une section du 110e Régiment d’Infanterie [aujourd’hui dissous] afin de porter assistance aux populations victimes d’importantes inondations en Allemagne. À l’époque, cette unité appartenait à la Brigade franco-allemande [BFA].

 

Cela étant, renforcer la coopération militaire entre la France et l’Allemagne passera aussi par une harmonisation des règles d’engagement de leurs forces armées respectives, celles en vigueur outre-Rhin étant beaucoup plus restrictives (voir « incapacitantes »). Le Traité d’Aix-la-Chapelle va-t-il marquer une inflexion dans ce domaine pour la Bundeswehr?

 

En outre, cette « clause de défense mutuelle » va-t-elle concerner la dissuasion française, sachant que des débats ont récemment eu lieu sur ce sujet de l’autre côté du Rhin? « Sur la base des engagements pris par l’Otan », la France et l’Allemagne « se garantissent mutuellement une assistance en cas d’attaque armée de leurs territoires », indique seulement le gouvernement allemand.

 

http://www.opex360.com/2019/01/14/la-france-et-lallemagne-vont-adopter-une-clause-de-defense-mutuelle/

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload