La "Renaissance" mais "comme il faut"

 

Les choses sérieuses pourraient-elles enfin démarrer? Les élections européennes ont eu lieu, le nouveau parlement européen et la nouvelle commission  se mettent en place. Il serait temps, pour ne pas dire urgent, de commencer à agir pour faire bouger les lignes et relancer l'Europe. Il est urgent de passer des paroles aux actes.

 

Il y eut le discours de La Sorbonne d'Emmanuel Macron en septembre 2017 après son élection à la présidence de la république française, qui marquait sa détermination à relancer l'Europe politique. Ses propositions restèrent lettre morte jusqu'en juin 2018 quand Angela Merkel répondit en tempérant poliment, mais fermement, les belles propositions de E. Macron: Zone euro: A. Merkel revoit les propositions de E. Macron à la baisse

 

Puis en juin 2019, les ministres européens des finances enfoncèrent le clou en tuant dans l'oeuf les propositions de doter la zone euro d'un gouvernement économique européen: Zone euro: la réforme tuée dans l'oeuf

 

Cela n'a jamais entamé la détermination de E. Macron à incessamment vouloir relancer l'Europe. Pour les élections européennes, il adressait en mars 2019 directement à tous les citoyens européens une lettre, écrite dans leurs langues respectives "Pour une Renaissance européenne". Cette fois, la réponse, par Annegret Kramp-Karrenbauer, nouvelle cheffe du parti CDU allemand, et dauphine de Angela Merkel pour la chancellerie, ne se fit pas attendre. La voici, qui confirme les refus précédemment exprimés par le gouvernement Merkel en matière économique, mais qui dégage aussi de nombreux points de convergence, notamment sur l'immigration, l'écologie, la recherche et l'innovation, l'Afrique, et, dans une certaine mesure, la défense.

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload