Les français: traditionnels et critiques vis à vis des média

Force est de constater que la perception, la confiance et l'usage que les française réservent à leur média ne sont pas dans la tendance et la moyenne européenne. Le légendaire esprit critique des français en sort renforcé, ce qui brouille l'analyse de l'influence des médias en France, en particulier celle que l'on semble accorder aveuglément aux réseaux sociaux.

Dans les 28 états membres en Europe, 42% des citoyens estiment être bien informés sur les questions européennes. Pourtant en France, cette appréciation chute à 26% !

Les français semblent se distinguer par rapport aux autres pays européens. De façon générale, ils consultent moins les médias d’information en ligne que leurs voisins européens en moyenne, et ils leur font aussi moins confiance. Plus traditionnels, les français, font encore confiance aux média traditionnels que sont la radio et la presse écrite.

En France (1)

Globalement en France, l'intérêt porté à l'actualité diminue depuis 1992, malgré des sursauts d'intérêts éphémères. Les français accordent encore leur confiance dans les média traditionnels que sont la radio et la presse écrite, et désavouent la télévision, et surtout, l'internet.

Mais paradoxalement, les français s'informent principalement auprès des deux média dont ils se méfient le plus: la télévision et l'internet! Il faut toutefois nuancer l'interprétation de cet usage puisque les français recherchent principalement sur internet les sites d'information des médias traditionnels que sont la radio et la presse écrite.

Lorsqu'ils consultent les réseaux sociaux, les français affichent un niveau de défiance particulièrement élevé, ce qui laisse dubitatif et relativise l'impact réel et la force de conviction que ces réseaux prétendent avoir sur le grand public. Les français sont plus que jamais d'un esprit critique et défiant.

(1) Enquête KANTAR, La confiance des Français dans les media, Janvier 2020

De ces enquêtes, on peut tenter de tirer quelques conclusions pour cerner cet esprit critique en France vis à vis des média.

Depuis les années 2000, l'intérêt porté à l'actualité en France s'érode: serait-ce du à un trop plein d'information, à une information éphémère?

A l’ère du numérique, les français font encore confiance à la radio et à la presse écrite, mais peu à la TV ou à internet: La radio et la presse écrite résistent-elles aux défauts du numérique ?

Sans toutefois leur faire confiance, les français s’informent le plus par la TV (les +35 ans) et par internet (les - 35 ans): La TV et l'internet s’imposent-ils donc à tous plus par la commodité que par leur crédibilité?

Sur internet, on privilégie les sites de la presse et les réseaux sociaux, sans croire aux informations diffusées sur les réseaux sociaux, surtout si elles proviennent des « amis ». L’influence et la force de persuasion des réseaux sociaux est moins forte que ce que leur expansionnisme ne veut laisser croire.

La mentalité du public a changé, on ne croit plus les média, on ne croit plus la TV, en encore moins l'internet. Avec les réseaux sociaux, le public et les individus peuvent s’exprimer, ils apprennent à communiquer eux mêmes, à fabriquer des profils et des identités publiques, à se présenter à leur avantage, à créer, à manipuler et à déformer eux même de l’information. Bref, ils font eux aussi de la communication, et critiquent et déchiffrent celle des autres d'autant plus aisément.

Le public est devenu autant communiquant que critique. Le bruit et le buzz sur internet ont moins d’impact sur des esprits critiques.

En Europe (2)

Dans les 28 états membres en Europe, 42% des citoyens estiment être bien informés sur les questions européennes. Pourtant en France, cette appréciation chute à 26% !

Les français semblent se distinguer par rapport aux autres pays européens. De façon générale, ils consultent moins les médias d’information en ligne que leurs voisins européens en moyenne, et ils leur font aussi moins confiance.

La source d'information principale dans toute l'Europe est la télévision, mais les français la regardent moins (62%) que la moyenne européenne (72%). Les français consultent moins les média en ligne (57% en France contre 65% en moyenne en Europe), et font moins usage des réseaux sociaux (47% en France contre 57% en moyenne en Europe). Plus traditionnels, les français, font encore confiance aux média traditionnels que sont la radio et la presse écrite.

(2) Enquête Commission Européenne, 2017. Consultation des média sur un sujet politique au moins une fois dans le mois écoulé. Consultation d'une émission politique à la TV, lecture d'un article politique en ligne ou sur les réseaux sociaux, écoute d'une émission politique à la radio et lecture d'un article politique dans la presse écrite, dans le mois écoulé.